lundi 3 juin 2013

Les livres Rebelle et leur papier...

Suite à un commentaire posté sur Amazon, je me devais d'éclaircir certains points, parfois un peu flou ou qui peuvent poser des questions.

Avant tout, voici le commentaire de Mugshue à propos de Pamphlet contre un vampire de Sophie Jomain :

Le livre est de très mauvaise qualité surtout par rapport au prix et au nombre de pages les feuilles sont extrêmement fine au point qu'en déplaçant mon marque page une feuille s'est déchirée, d'un coté purement technique le livre est naze.

* Les papiers chez Rebelle :
Au tout début, nous utilisions du bouffant ivoire de 80g (romans publiés jusqu'en octobre 2012). Le papier était assez épais et un peu crème. Mais nous avons eu quelques déceptions chez l'imprimeur de l'époque et nous en sommes partis.

Après un passage éclair chez un autre imprimeur où nous avons été encore plus déçus, nous avons connu COPY-MÉDIA (basé à Bordeaux). Chez eux, nous avons d'abord utilisé 2 sortes de papier :
-> le bouffant ivoire de 80g (pour les romans jusqu'à 300 pages environ)
-> le papier ivory de 70g (pour les romans plus épais).
A présent, nous allons avoir un papier de 80g de même style que celui de 70g... Même couleur, même texture, même qualité.

Pourquoi deux sortes de papier ?
En fait, il faut savoir qu'un livre très fin ne permet pas vraiment d'écrire sur la tranche et comme nous avons la rose Rebelle, il nous faut un minimum de place. De plus, tous les imprimeurs jusqu'à présent nous ont conseillé d'éviter des tranches trop fines. Nous nous en tenons donc à rester autour des 2 cm de tranche.
L'idée, chez Rebelle, est d'avoir des romans à peu près similaires au niveau des épaisseurs, même s'ils n'ont pas le même nombre de pages. Du coup, vous pourrez avoir un roman de 200 pages aussi épais qu'un roman de 400 pages. Il ne faut pas se fier à l'épaisseur.

La qualité du papier ?
Pour répondre au commentaire ci-dessus, notre papier est de qualité. Il est peut-être fin et fragile, mais cela n'a rien à voir avec sa ça, a contrario des papiers blancs que l'on utilise pour les imprimantes, par exemple. Regardez les livres de la Pléïade : les feuilles sont fines comme du papier à cigarettes. Et pourtant, la qualité est au rendez-vous.

Rapport épaisseur et longueur de textes ?
Nous avons choisi, chez Rebelle, un format assez petit (ils font environ 0,50 cm de plus en hauteur que les J'ai Lu semi-poche) afin de permettre à tous d'emmener vos romans préférés partout. Mais aussi pour éviter un poids trop lourd si le roman est trop gros.
Par contre, ce n'est pas parce qu'ils sont petits qu'ils doivent être à moins de 10 euros. En effet, nous avons une mise en page bien différente des J'ai Lu.
Comme j'ai "Sans orgueil ni préjugé" de Cassandra O'Donnel (et peut-être vous aussi, je vous le conseille en tout cas, si vous souhaitez une lecture légère et agréable !), voici pour exemple :
-> Sans orgueil ni préjugé, 254 pages = 8,90 euros
-> Les anges ont la dent dure, 300 pages  = 18 euros.
Comme ça, ça paraît assez cher. Je vous l'accorde. Néanmoins, si nous parlons de caractères (les lettres et ponctuations dans le roman), nous avons un peu plus de 316 000 signes pour le premier et 470 000 pour le second.
* Pour KEL d'Andréa Schwartz, nous avons été obligés de réduire les marges pour éviter d'avoisiner les 22/23 euros. Eh oui, ce roman comporte plus de 958 000 signes... et nous avons fixé son prix à 19,90 euros.

Pour les livres, nous ne pouvons pas faire de rapport nombre de pages pour définir les prix. Un roman deux fois moins gros, ne sera pas deux fois moins cher...

Impression des livres ?
Enfin, et c'est le plus important (cela concerne toutes les petites et moyennes maisons d'édition) : nous ne pouvons pas être comparés aux grandes maisons d'édition qui impriment à des milliers ou des dizaines de milliers d'exemplaires : impression off-set. Les prix sont forcément différents.
Les impressions en petites quantités sont évidemment plus chères : impression numérique. Nous ne pouvons pas parler de toutes les petites et moyennes maisons d'édition, mais à chaque impression, cela ne monte pas à plus de 1 000 exemplaires à la fois (environ). Certaines maisons impriment juste quelques exemplaires (50, voire 100) pour "imprimer à la demande", d'autres maisons vont imprimer dans les 500 exemplaires (afin d'éviter le stock, ou de pouvoir rectifier les coquilles en tous genres qui restent)... Cela a un coût.
En règle générale, l'impression prend entre 15 et 20 % du prix du livre. A cela, il ne faut pas oublier les pourcentages donnés aux auteurs, distributeur (parfois diffuseur) et aux libraires.
Chez Rebelle, nous essayons jour après jour d'être au plus juste pour que les romans ne soient pas trop chers. D'ailleurs, nous ne dépassons pas les 20 euros, mais malheureusement, nous ne pourrons pas descendre plus bas pour l'instant. Un jour peut-être !

Et pour finir une petite explication en image ?





Précisions :
* Ces chiffres varient en fonction de plusieurs paramètres.
* Les diffuseurs et distributeurs ne sont pas obligatoires.
* Si l'éditeur fonctionne avec tous les partenaires son pourcentage sera plus proche des 15%.

6 commentaires:

  1. Perso le mien je ne l'ai pas déchiré et pourtant j'utilise des marques pages.

    RépondreSupprimer
  2. Travaillant dans le secteur, j'appuie cet article très intéressant et pour en avoir parler avec Astrid, elle fait ce qu'elle peut pour vendre les romans Rebelle les moins cher possible.

    Ensuite n'importe quel poche est fait dans ce genre de papier donc venir critiquer ce genre de chose pour en avoir vu passer des livres de mauvaise qualité, Rebelle ne mérite pas ce commentaire... si certains ne sont pas capables de prendre soin de leur roman.

    RépondreSupprimer
  3. Nan mais si les gens traitent leurs livres comme des bourrins aussi... Je ne trouve pas le commentaire justifié non plus. De toute façon, c'est aussi une question de goût : personnellement j'ai une préférence pour les feuilles fines, d'autres préfèrent le papier plus épais.

    Pour l'épaisseur du livre, ce qui compte, ce n'est pas tant le grammage que la main du papier. Deux papier peuvent faire 90g/m², si la main varie, l'un sera plus épais que l'autre. C'est bon à savoir quand on choisit son papier selon certaines contraintes, comme c'est votre cas :)

    Merci pour cet article intéressant.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, un article très intéressant. Après peut-être que la lectrice a été un peu brute car personnellement j'ai plusieurs roman Rebelle et je n'ai jamais eu de soucis de page se déchirant avec mes marques page ( et j'utilise aussi bien des mp ruban, qu'en fer, que aimanté) Les pages ne sont pas si fragile que ça et puis un livre reste un objet à manier délicatement si on veut prendre aucun risque de l’abîmer.

    RépondreSupprimer
  5. Moi aussi j'ai également lu plusieurs livres Rebelle et ils ne se sont jamais déchirés. Par contre il m'est arrivé de lire des livres publiés par de grandes maisons d'éditions dont les pages se sont arrachées.

    RépondreSupprimer
  6. j'ai pas mal de romans rebelle, j'utilise de même un marque page et j'ai jamais déchiré de pages moi je les trouve très bien livres en tout cas merci pour ces explications très intéressantes

    RépondreSupprimer